Vous êtes ici :
Accueil>Mon cadre de vie>Arcachon et les débuts de son histoire

Arcachon et les débuts de son histoire

Arcachon est née de l’air marin, des senteurs de pin, du train et du trait de génie de financiers en vogue au siècle dernier !

L’histoire d’Arcachon a toujours été intimement liée à la mer et les premières activités ont été étroitement dépendantes de ce lien entre la terre et la baie.

Les structures d’accueil se réduisent dans un premier temps, à quelques cabanes de résiniers en location, quand un navigateur normand, le Capitaine François Legallais, ouvre en août 1823 le premier hôtel-établissement de bains de la région.

Photo ancienne, les plaisir du Bassin

La vogue des bains de mer attire ici une « colonie étrangère » d’altesses et de célébrités, de têtes couronnées, de grandes familles, d'hommes de lettres et d'artistes lyriques.

Ainsi, c’est à l’apparition de la mode des bains de mer qu’Arcachon doit son succès. Cet engouement pour le bain doit autant à la mode et aux loisirs qu’à des impératifs médicaux.

En effet, au milieu du 19ème siècle, un médecin nommé Pereyra découvre que le climat océanique associé aux forêts de pins est très bénéfique pour la guérison de la tuberculose qui, à l’époque, faisait des ravages.

Les frères Pereire, Emile et Isaac, propriétaires de la ligne de train reliant Arcachon à Bordeaux ont une idée de génie pour rentabiliser leur train : la construction de sanatoriums.

Émile va acheter les hauteurs d’Arcachon et les lotir. Ce sera la « Ville d’Hiver », semblable à un gigantesque sanatorium ouvert où les malades pourront séjourner avec leur famille, leurs domestiques, dans des maisons particulières achetées ou louées meublées.

Le nombre de villas augmente considérablement en quelques années.

Thalassothérapie, climatothérapie et même plus tard thermalisme avec la découverte en 1923 de la source Sainte-Anne des Abatilles font leur apparition.

Le 2 mai 1857, Napoléon III signe le décret impérial qui reconnaît Arcachon en tant que commune à part entière.