Vous êtes ici :
Accueil>Mon cadre de vie>Histoire et patrimoine>La Ville des quatre saisons

La Ville des quatre saisons

 

Ville de Printemps :

Elle correspond aux quartiers Pereire et des Abatilles.

La famille Pereire y possédait un parc de 41 hectares dont il ne subsiste plus que les écuries situées avenue du Parc Pereire. Le parc a été loti en 1957 mais c’est en 1977 qu’il a été aménagé et planté de plusieurs milliers de pins pour stabiliser le cordon dunaire littoral.

Forêt de pins

Le quartier des Abatilles a été un lieu-dit puis une parcelle forestière et désormais, un quartier résidentiel. On y trouve aussi la célèbre Source Sainte Anne des Abatilles. Riche en calcium et sans nitrate, son eau était utilisée en cures thermales, de 1925 à 1970. Aujourd’hui, seule source d’eau minérale de la Gironde, elle est toujours exploitée et exportée.

La source des Abatilles

Ville d’Eté

Jusqu’au début du 19ème siècle, Arcachon se réduit à quelques cabanes de pêcheurs et de résiniers en bordure de « la Petite Mer de Buch ».

En 1823, un marin breton du nom de François Legallais ouvre le premier établissement de bains de mer, visant une clientèle aisée. Thalassothérapie, climatothérapie, le destin d’Arcachon s’oriente déjà vers celui d’une ville de bien-être et de santé.

Photo ancienne, La plage et les tentes devant casino

Le Front de Mer voit se bâtir chalets et villas préfigurant la Ville d’Eté. C’est le début de l’essor d’Arcachon.

Coucher de soleil sur le front de mer Le front de mer d'Arcachon

Aujourd’hui, vous pouvez emprunter la piste piétonne et cyclable le long de la plage en admirant le Front de Mer et sa célèbre jetée Thiers ainsi que la Basilique Notre Dame reconnue comme tel par le Pape Pie XII.

Jetée Thiers sur le front de mer Pistes cyclables de l'Auguillon

N’hésitez pas à rejoindre le nouveau cœur de ville d’Arcachon pour y découvrir son marché, ses brasseries et ses nombreux commerçants.

ZAC Arcachon

 

Vous pouvez également vous attarder devant le Palais des Congrès ou le Théâtre Olympia.

L'Olympia

Ville d’Automne

Elle comprend les quartiers de Saint Ferdinand et de l’Aiguillon.

Le port de pêche et la marina y sont implantés. Jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale, Arcachon était le second port de pêche français de chalutiers.

Ce quartier connut une grande activité économique grâce aux pêcheries et aux chantiers navals qui ont prospéré jusqu’au début des années 50.

Aujourd’hui, aux côtés de la pêche, se développe l’activité du port de plaisance. Arcachon est classée « station voile » depuis 1986.

Port d'Arcachon Port d'ArcachonVoiliers sur le bassin d'Arcachon Régate Moulleau

Venez découvrir sa halle et son quai patrimoine qui rassemblent les fleurons du patrimoine nautique du Bassin : pinasses, bacs à voile, dragons… Votre regard s’arrêtera certainement sur le clocher de l’église Saint Ferdinand qui culmine à 42 mètres.

Laissez vos pas vous guider vers la Pointe de l’Aiguillon pour découvrir les maisons aux tuiles rouges agrémentées de petites vérandas et déguster quelques huitres.

aiguillon 1 aiguillon 2 aiguillon 3 aiguillon 4 

Ville d’Hiver

Observatoire Sainte CécileEmile et Isaac Pereire créent, en 1852, la Compagnie des Chemins de Fer du Midi.

Ils reprennent l’exploitation de la ligne de chemin de fer Bordeaux-La Teste qu’ils prolongent jusqu’à Arcachon, en 1857. Pour la rentabiliser, ils achètent 60 hectares de terrains forestiers, créant ainsi la Ville d’Hiver. Véritable « sanatorium à ciel ouvert », les malades fortunés viennent y profiter de « l’air balsamique et iodé » provenant de l’Océan et des effluves de pins.

Au printemps 1862, rues et allées sont tracées, casino et villas sont construits. Les deux séjours de Napoléon III, en 1859 et 1863, placent Arcachon au rang des plus grandes stations climatiques. Dès la fin du 19ème siècle, de riches familles et des négociants bordelais construisent de somptueuses villas en Ville d’Hiver. Aujourd’hui, cette dernière est inscrite à l’inventaire des sites pittoresques.

Faites une pause au Parc Mauresque. Avec ses quatre hectares plantés d’espèces rares qui surplombent la ville, c’est un havre de paix. Puis armez-vous de courage pour l’ascension de l’observatoire Sainte Cécile encore appelé Belvédère. Conçu par l’architecte Paul Regnauld, il offre l'un des plus beaux panoramas sur le Bassin.

Kiosque dans un jardin public de la Ville d'HiverVilla de la Ville d'Hiver

Le Moulleau, un quartier à part entière.

Le Moulleau, vue sur la merA l’extrême ouest de la cité s’élève le quartier du Moulleau, particulièrement apprécié des artistes, pour son cadre naturel et authentique.

Dès le début du 20ème siècle, le Moulleau charmait les touristes de la bonne société venus en villégiature profiter du grand air ou s’adonner au plaisir des chasses à coure.

Ce quartier est né sous l’impulsion de deux Bordelais, Messieurs Gangeneuve et Papin. Après avoir acheté 32 hectares de terrain, ils font appel à l’architecte Louis Garros pour construire une chapelle qu’ils confient aux Dominicains : l’église Notre Dame des Passes, située sur les Hauteurs du Moulleau. Son style byzantin et toscan ainsi que la qualité de ses fresques en font un lieu unique.

Les abords de Notre Dame des Passes sont agrémentés d’un square en 1933. Une vierge sculptée y est installée en 1958.

Aujourd’hui, le Moulleau mêle boutiques et cafés. Sa promenade piétonne, avec son canon en bronze, provenant de la batterie mise en place par Napoléon 1er à l’époque du Blocus continental ainsi que sa jetée, en font un lieu de rendez-vous incontournable.

 

Eglise du MoulleauCouché de soleil sur le front de mer